C’était le seul jeu présenté à l’E3 par Nintendo, mais c’est bien vers lui que tous les regards étaient tournés. Je veux bien sûr parler de The Legend of Zelda: Breath of the Wild sur Wii U, que j’ai eu la chance d’essayer pendant plus d’une heure. Mes impressions à chaud sont là pour vous.

Difficile d’appréhender un jeu comme The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Car Nintendo n’a pas menti : c’est la première fois que le monde d’Hyrule semble si vaste, si étendu. Et pourtant, lâché dans cette immensité, il faut se lancer. Alors on avance, un peu à l’aveugle, sur cette énorme plaine qui vous tend les bras.

On se sent en terrain connu aux commandes de Link, et à la fois, il faut repenser complètement sa façon d’interagir avec le monde. Car tout, absolument tout ce que vous voyez peut potentiellement être exploré. Chaque objet croisé peut être utilisé d’une façon ou d’une autre et peut vous être utile à un moment donné.

Ce qui frappe, c’est cette interaction entre chaque élément présent à l’écran. Brûlez l’une de vos flèches, lancez-la dans l’herbe, et voici toute une partie de la plaine qui part en fumée, entrainant avec elle les ennemis qui rodaient dans le coin. Abattez un tronc d’arbre pour qu’il chute dans la rivière et fasse office de pont, et corrigez sa trajectoire avec quelques flèches… que vous pourrez récupérer puisqu’elles restent ancrées dans le tronc ! Frappez du minerai avec votre épée pour démarrer un feu de camp grâce aux branches qui se trouvaient juste à côté. Tant d’éléments de cause à effet à prendre en compte, c’est sûr, Zelda ne nous avait pas habitués à ça.

Également à noter, la liberté de choix laissée au joueur dans la résolution des énigmes, ou lors des phases de combat. Les confrontations en face-à-face sont d’ailleurs à déconseiller et vous préfèrerez sans doute attaquer de plus loin, avec des bombes, en faisant habilement dévaler un rocher d’une colline, ou en brûlant la zone pour disperser les ennemis, pris de panique.

Toujours dans cet esprit de réalisme et d’interaction avec son environnement, Link doit désormais se préparer prudemment à l’exploration de nouvelles contrées et non plus foncer tête baissée comme dans les précédents jeux. Ainsi, la zone glacée aura tôt fait de mettre fin à votre aventure si vous n’enfilez pas des vêtements suffisamment isolants, et si vous ne prévoyez pas suffisamment de nourriture pour tenir le coup. La préparation de recettes sur base d’ingrédients récoltés sur le terrain est d’ailleurs une autre nouveauté de cet opus.

Les quelques craintes que j’avais envers le titre se sont partiellement envolées. Oui, la zone est énorme, mais elle permet au joueur qui le désire d’explorer librement cet environnement qui semble riche en secrets, la version démo ayant apparemment caché de nombreux secrets. Là où certains passeront leur temps à escalader un mont qui semble renfermer des matériaux rares, d’autres partiront à la chasse au sanglier, tandis que d’autres encore tenteront d’exterminer un camp de Bokoblin afin de leur dérober de meilleures armes. Il est heureusement tout à fait possible de se téléporter directement d’une zone à l’autre et d’éviter les allers-retours inutiles.

Graphiquement, j’adhère totalement au style, habile mélange entre Wind Waker et Skyward Sword. Dommage que certains passages, notamment lors des phases d’escalade, restent un brin rigides. On note aussi un peu d’aliasing ça et là, mais ce genre de détails peut encore largement être corrigé d’ici la sortie du titre.

Enfin, un mot sur l’ambiance sonore, qui tranche elle aussi avec ce qui s’est déjà vu – ou entendu – dans les précédents épisodes. Quelques notes de piano, les mélodies se font discrètes, mais cette musique en retrait n’est là que pour souligner et renforcer cette impression de grandeur qui se dégage du titre. Les enchainements sont dynamiques et montent en puissance lors des confrontations ou lors d’évènements particuliers, donnant à l’ensemble. Et puis, petite révolution dans la saga, des voix – ou du moins une pour l’instant – se font entendre.

Il y a encore tant à dire sur ce titre dont nous n’avons finalement vu qu’une infime partie. L’histoire, notamment, reste le gros point d’interrogation. La technologie semble jouer un grand rôle. Qui est le mystérieux vieil homme, qui semble être le seul survivant sur cette plaine ? Quelle est cette voix qui supplie Link de lui venir en aide ? Pourquoi Link a-t-il perdu la mémoire ?

De nombreuses questions qui ne trouveront sans doute leurs réponses qu’à partir de l’année prochaine, lors de la sortie du titre. Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai hâte !