Les RPG, ce n’est pas vraiment ce qu’il manque sur Nintendo 3DS mine de rien. La console en propose en effet d’excellents. Difficile dès lors de se faire une place dans cette catégorie, surtout quand on mise sur une nouvelle licence. Mais c’était sans compter sur le savoir-faire de Furyu. Il faut dire que certaines personnes derrière ce projet ne sont pas des débutants, puisqu’ils ont participé de près ou de loin à des monuments tels que Chrono Trigger ou Final Fantasy XIII. Voyons ensemble ce qu’ils nous proposent.

C’est l’île d’Avalon que le titre vous propose d’explorer. Mais pas avec n’importe quel personnage : vous allez en effet pouvoir sélectionner un aventurier parmi les sept disponibles au début du jeu. Un chevalier, un mercenaire, une alchimiste, … Il y en aura pour tout les goûts ou presque, et cette variété est d’ailleurs déjà l’une des premières qualités du jeu, puisque chaque personnage possède bien entendu sa propre histoire et ses motivations, ainsi que des caractéristiques uniques en combat. Que les plus indécis se rassurent : vous aurez la possibilité au cours de votre quête de croiser certains personnages que vous n’auriez pas sélectionnés au départ, pour les recruter et les emmener avec vous à loisir.

Ce choix fait, vous voilà immédiatement plongé dans l’aventure. Car The Legend of Legacy ne s’encombre pas de dialogues, d’introductions et de cinématiques interminables. Vous en apprendrez juste le strict minimum sur vos personnages et serez rapidement livré à vous-même. L’occasion d’ouvrir grands vos yeux, car le monde que vous allez explorer est de toute beauté, et magnifiquement retranscrit sur Nintendo 3DS.  Le style graphique est d’ailleurs proche d’un Bravely Default, à quelques exceptions près. Lors des phases d’exploration par exemple, les décors apparaissent en temps réel comme si un artiste les dessinait à mesure que vous avancez. Vous ne savez d’ailleurs jamais vraiment où vous allez et cela fait aussi partie de l’expérience. En effet, un plan des lieux se construit sur l’écran tactile au fur et à mesure que vous avancez. Plus la carte est complète et précise, plus elle vaut de l’argent. À vous de faire de votre mieux pour l’échanger à un prix intéressant contre de nouvelles contrées à explorer.

Initium est pour ainsi dire la seule véritable ville du jeu, et servira de base à toutes vos opérations. On y trouve la traditionnelle auberge, le marché, où vous pourrez acheter votre équipement mais aussi et surtout les prochaines zones que vous désirez explorer, ainsi que le château du roi, avec qui vous ferez régulièrement le point sur l’avancée de votre quête.

Vous l’aurez deviné, vous jouissez d’une grande liberté d’action dans le titre, et vous êtes totalement libre de passer d’une zone à l’autre en cours de route. Comme l’on peut s’y attendre, ces lieux sont souvent hostiles et infestés de monstres en tous genres. La transition rêvée pour évoquer avec vous le système de combat, mélange intéressant entre tradition et modernité, comme dirait l’autre.

Notons tout d’abord que les ennemis sont visibles sur la carte, et peuvent donc théoriquement être évités. Théoriquement, puisque certains sont plutôt rapides et ne vous lâcheront pas avant d’avoir engagé le combat. Au tour par tour, ces affrontements affichent quelques particularités. La première action à réaliser est toujours de choisir votre position de combat. Certaines sont prédéfinies, mais vous pouvez en personnaliser jusqu’à six vous-même et créer ainsi un certain nombre de stratégies différentes pour être paré à toute éventualité. Globalement, c’est sur la position de chacun de vos trois combattants que cela se joue, mais vous pourrez aussi par exemple définir un personnage spécialiste de la défense qui s’interposera pour contrer les attaques lancées à l’encontre de ses compagnons ou une attaque groupée lors de laquelle tout le monde monte au front.

Une fois la formation choisie, vous sélectionnez, de façon assez classique, l’arme à utiliser par chacun de vos acolytes. Certaines actions sont gratuites, d’autres consomment de l’énergie. Autre particularité : vos personnages ne gagnent pas d’expérience et ne possèdent donc pas de niveaux. Ce sont en effet vos statistiques (attaque, défense, …) qui s’améliorent et montent de niveaux, mais aussi, et c’est plus étonnant, votre équipement. À force d’utiliser le même coup, vos armes deviennent alors plus puissantes, et vous apprenez même de nouveaux coups par vous-même.

Autre spécificité primordiale : la prise en compte des éléments. Au nombre de quatre, ceux-ci sont présents de façon plus ou moins importante selon les zones que vous explorez, et vous devrez ainsi surveiller l’échelle élémentaire présente dans le coin de l’écran pour savoir avec quel élément vous avez le plus d’affinité dans le coin. Vous avez alors la possibilité de passer un contrat avec un élément en cours de combat, vous autorisant ensuite à lancer de puissants sorts liés à cette nouvelle affinité.

À noter également que tous les membres de votre équipe récupèrent l’intégralité de leurs points de vie à l’issue de chaque combat. Pour autant, inutile de croire que les combats s’en trouvent plus simples, bien au contraire. Car le niveau de difficulté global du titre est plutôt relevé, et même contre un groupe d’ennemis a priori anodins, il n’est pas rare de voir son équipe décimée en une seule attaque… en espérant que vous aviez sauvegardé récemment ! Rentrer dans le lard des ennemis est donc plus que déconseillé, et vous devrez utiliser intelligemment le système de formations évoqué plus haut pour espérer sortir victorieux.

On peut d’ailleurs regretter le fait que le jeu semble parfois se chercher. D’un côté, il tend les bras aux éventuels néophytes qui aimeraient se lancer dans un RPG épique sans subir de dialogues interminables, sans se préoccuper de la santé de son équipe après chaque combat, et d’un autre il ne propose qu’un mode de difficulté, plutôt élevée, et une liberté énorme qui peut parfois donner le tournis.

Et puisqu’on en est à parler des points qui fâchent, soulignons tout de même une relative répétitivité, le schéma « Initium – achat de carte – exploration de nouvelle zone » semblant se répéter à l’infini parfois sans véritable avancée scénaristique.

Enfin, les anglophobes regretteront très certainement que le jeu n’ait pas été localisé dans la langue de Molière, les laissant malheureusement sur le carreau pour cette fois.

VERDICT : 7/10 – Au final, et malgré les défauts mentionnés sur cette fin d’article, The Legend of Legacy rejoint sans problème le clan très fermé des très bons RPG sur Nintendo 3DS. Ne s’encombrant pas d’un scénario complexe, le titre se contente surtout sur l’exploration et les combats originaux, prenants mais aussi parfois frustrants si l’on ne maitrise pas tous les éléments particuliers.

À propos du jeu
  • Console : Nintendo 3DS
  • Éditeur : NIS America
  • Développeur : Furyu
  • Genre : Jeu de rôles
  • Joueurs : 1
  • Sortie : 5-02-2016
  • Prix : 44,99 EUR

Logiciel fourni par NIS America pour les besoins de ce test.

Publicités