Depuis quelques temps, vous l’aurez remarqué, Nintendo met à jour ses grands titres de façon continue. C’est particulièrement flagrant sur Splatoon, mais d’autres jeux sont également concernés. Une stratégie gagnante ? À coup sûr ! Voici pourquoi.

Splatoon est sans doute l’exemple le plus parlant de cette stratégie somme toute assez récente lancée par Nintendo. Depuis sa sortie, le titre a en effet connu des mises à jour pratiquement chaque semaine. Il s’agit principalement de nouvelles armes, de nouvelles zones de jeu, mais aussi parfois de nouveaux modes de jeu. Si, au début, ces mises à jour se contentaient de débloquer du contenu déjà présent sur le disque mais volontairement bloqué, elles ont ensuite laissé place à de « vraies » nouveautés. Cerise sur le gâteau ? Tout cela est gratuit !

Pourquoi cette stratégie est-elle la bonne ? Officiellement, Nintendo précise que leur but est avant tout de ne pas noyer le joueur sous une masse de contenu. Et à juste titre : il faut allouer un peu de temps au titre pour finir par le maitriser et en comprendre toutes les subtilités. Restreindre le nombre d’armes et de terrains praticables est donc une intention tout à fait louable qui permet au joueur ayant acheté le titre « day one » de se faire la main. Progressivement, il peut appliquer cette maitrise à des terrains plus originaux et des armes plus pointues, pour affiner sa stratégie.

Mais cette façon de libérer du contenu au compte-gouttes est également une remarquable arme de communication. En effet, en agissant de la sorte, la communication autour du jeu reste active de long mois durant, et on ne cesse plus de parler de lui. L’engouement augmente même au fur et à mesure des annonces. Les joueurs ayant acheté le jeu à sa sortie, déjà convaincus par ses qualités pour la plupart, ne font qu’applaudir ces ajouts de contenu réguliers, tandis que ceux qui ont résisté jusque là ont de moins en moins de raison de céder à la tentation. Le jeu voit son contenu augmenter, et prend de la valeur tout simplement.

Il s’agit également d’un excellent moyen de continuer à garder une population de joueurs active. L’arrivée de nouvelles zones de jeu les empêchent en effet de se lasser. D’un autre côté, elle permet également aux nouveaux-venus de rattraper leur retard dans un stage fraichement dévoilé. En outre, l’arrivée de nouvelles armes aux capacités parfois étonnantes permet quant à elle de mettre les esprits des joueurs les plus stratèges à rude épreuve, puisque l’équilibre même du jeu s’en retrouve sans cesse modifié.

On l’a dit, Splatoon est sans doute le jeu auquel cette stratégie s’applique le mieux. Mais il est loin d’être le seul. Super Mario Maker en fait également l’expérience en ce moment. Depuis la dernière mise à jour, des niveaux officiels font en effet leur apparition chaque semaine. En arrivant à bout de ceux-ci, vous remportez un petit sprite en pixels à utiliser dans vos propres niveaux basés sur le thème de Super Mario Bros.. Tout sauf indispensable, cela permet surtout aux joueurs qui auraient un peu délaissé le titre de reprendre régulièrement le GamePad et découvrir de nouveaux niveaux à explorer.

Dans la même optique, en ajoutant occasionnellement de nouveaux éléments à intégrer aux niveaux, Nintendo refait parler du jeu à moindre coût, tout en faisant plaisir aux joueurs qui réclamaient l’arrivée d’un trampoline ou autre mécanisme.

Vous l’aurez compris, cette stratégie plutôt récente que semble avoir choisi de suivre Nintendo pour ses derniers titres-phares est fait deux gagnants : le joueur, qui voit débarquer plus ou moins régulièrement du contenu supplémentaire pour son dernier jeu, mais aussi et surtout Nintendo lui-même qui, pour un coût de production généralement raisonnable, parvient à maintenir une communication continue autour de ses derniers jeux, motivant toujours plus de joueurs à passer le pas.