Ce n’est plus un secret pour personne, le Nintendo eShop regorge de pépites, qui passent malheureusement parfois inaperçues. Déjà repéré lors de l’E3, on n’a qu’à espérer que ce n’est pas le sort qui attend Typoman, car dans son concept va vous accrocher… à une condition.

Commençons par ce concept si particulier, justement. Comme le laissait présager son titre, Typoman vous invite à jouer avec les lettres. Car dans son univers, tout est composé de lettres, à commencer par le héros de l’aventure, qui n’est rien d’autre qu’un assemblage des lettres H, E, R et O. Mais tout cela ne s’arrête pas là, car vous allez aussi devoir utiliser les lettres que vous croiserez sur votre chemin pour progresser.

Ainsi, si le jeu se présente d’abord comme un jeu de plateformes, il vous faudra former le mot « ON » pour activer un interrupteur, baisser le L du mot « LEVER » pour utiliser le levier, ou encore ajouter la lettre D au mot RAIN pour arrêter le mur de pluie qui vous fait face et le drainer littéralement.

Vous l’aurez compris après avoir lu ce dernier paragraphe, la condition évoquée dans l’introduction est que le jeu exige une bonne – voire très bonne – connaissance de l’anglais. Le titre repose en effet tout entier sur des associations de lettres, parfois des jeux de mots qui, s’ils ne sont pas connus des joueurs, ne leur permettront pas de progresser. Si cela ne vous fait pas peur, je vous propose de continuer la lecture de cet article.

Car en plus de son concept plutôt unique, le jeu est également superbement mis en scène. Ses graphismes en deux dimensions, qui semblent dessinés à la main, collent parfaitement à l’ambiance pesante du jeu. Les arrière-plans composés presqu’uniquement de lettres sont eux aussi très bien pensés. L’univers sonore n’est pas en reste, avec des tonalités oppressantes formant un tout très cohérent.

Du côté de la maniabilité, on est dans du très classique, puisque le personnage se contente d’avancer, de sauter et de porter et jeter les lettres. On regrette cependant la lourdeur et la rigidité globale du gameplay, la composition de mots étant parfois un brin fastidieuse. Heureusement, les développeurs ont pensé à ajouter la possibilité de composer les mots en question directement sur l’écran du GamePad, ce qui facilite un peu les choses. Le problème, c’est que l’action continue même lorsque l’on associe les lettres, et que les éventuels ennemis présents se montrent parfois intraitables. Un stress inutile, qui nous oblige bien souvent à recommencer plusieurs fois le même passage à cause d’un problème de timing, alors que la mécanique est acquise. Frustrant, d’autant plus que le jeu ne vous fera pas de cadeau et les choses se corsent vite.

Doté d’une durée de vie correcte, le logiciel fait un usage intelligent du GamePad avec, en plus de la possibilité de composer vos mots, un système d’indices vous permettant de découvrir quel association utiliser pour progresser. Il s’agit en général d’une énigme renfermant le mot nécessaire pour avancer. De quoi aider les éventuels anglophobes qui auraient quand même envie de tenter l’aventure.

VERDICT : 7/10 Typoman a tout pour plaire aux amateurs de jeux concepts. Une ambiance sombre particulièrement travaillée, graphiquement comme musicalement, une utilisation intelligente du GamePad, mais aussi et surtout un système de progression vraiment bien pansé basé sur des associations de mots déclenchant des mécanismes liés. Seule condition indispensable : posséder une bonne connaissance de l’anglais, sans quoi il vous sera tout bonnement impossible de progresser. Dommage, mais on imagine mal comment les développeurs auraient pu contourner ce bémol.

À propos du jeu
  • Console : Wii U (Nintendo eShop)
  • Éditeur : Headup Games
  • Développeur : Brainseed Factory
  • Genre : Plateformes/Puzzle Game
  • Joueurs : 1
  • Sortie : 19-11-2015
  • Prix : 13,99 EUR

Logiciel fourni par Headup Games pour les besoins de ce test.

Publicités