Pour la toute première fois depuis sa création, l’orchestre symphonique « The Legend of Zelda: Symphony of the Goddesses » faisait escale ce jeudi 12 novembre à Bruxelles avec son édition « Master Quest ». Je m’y suis bien entendu rendu, en compagnie de deux lecteurs de Planète Nintendo qui avaient remporté leurs places sur le site, et voici mes impressions.

Le concert démarre sur un nouveau morceau reprenant le thème principal du tout récent Tri Force Heroes, avant d’enchainer sur un medley des plus grands thèmes de la saga. Le ton est donné.

C’est la chef d’orchestre Amy Andersson qui est aux commandes et mène la petite centaine de musiciens de main de maitre. Ceux-ci interprèteront tour à tour les plus grands thèmes de Ocarina of Time – comment y échapper ? -, The Wind Waker – sous l’impulsion de la baguette du vent brandie par Amy Andersson – et Twilight Princess, avant de conclure par une série de mélodies sur le thème de la pluie, avec quelques morceaux mémorables issus de A Link to the Past, A Link between Worlds, Phantom Hourglass ou encore Majora’s Mask, d’ailleurs très présent tout au long du spectacle.

L’écran géant diffuse évidemment les meilleurs moments de chaque jeu, des confrontations entre Link et Ganondorf, aux légendaires apparitions de la princesse Zelda, en passant par les inoubliables voyages à dos d’Epona. Tout est là pour réveiller vos plus beaux souvenirs avec la saga.

Extrait de The Late Show with Stephen Colbert diffusé sur CBS le 13/10/2015.

Le spectacle est interrompu à trois reprises par les interventions (virtuelles) de Shigeru Miyamoto, Eiji Aonuma et Koji Kondo, qui nous parlent de l’importance de la musique dans un jeu comme Zelda.

En guise de final, l’orchestre nous offre une dernière mélodie de Majora’s Mask, suivie d’une reprise originale de l’Île du Dragon de The Wind Waker, avant de conclure de façon magistrale sur le thème de Skyward Sword.

Vous l’aurez compris, « Symphony of the Goddesses » est une expérience exceptionnelle et inoubliable pour tout fan de Zelda qui se respecte. Tantôt  émouvant, tantôt mélancolique, parfois drôle, le show de près de deux heures vous fera revivre les meilleurs moments de la saga de la plus belle façon qui soit.