Vous le savez sans doute, j’apprécie particulièrement les jeux au concept un peu différent, et la série Chibi-Robo! en fait clairement partie pour moi. Pourtant, malgré l’arrivée imminente de Zip Lash, je crains que la licence disparaisse très prochainement. Voici pourquoi.

Arrivée sur Nintendo GameCube en 2006 en Europe, la série a pourtant tout pour plaire, et j’ai tout de suite accroché à la bouille du petit robot ménager. Le concept, original, est pour le moins unique dans un jeu vidéo. Chibi-Robo est un robot dernier cri dont la fonction principale est… de nettoyer la maison de ses propriétaires et de réaliser la plupart de leurs tâches ménagères. Pas plus haut que trois pommes (même moins à vrai dire), notre ami de métal devra parvenir à se frayer un passage parmi tous les dangers que recèle la maison. Sans compter qu’il faudra constamment surveiller son niveau d’énergie et rester à proximité d’une prise de courant, pour éviter le drame. Le petit robot fera en outre la connaissance de nombreuses autres créatures loufoques au cours de son exploration, et découvrira de nombreux secrets enfouis dans les pièces les plus reculées de la maison de ses propriétaires. Une trame qui rappelle un certain Toy Story

Oui mais voilà, le jeu sort en fin de vie de la console, sans campagne marketing appropriée, et passe – comme on pouvait s’y attendre – totalement inaperçu. Il est même étonnamment difficile à trouver en magasin. Autant dire qu’en Europe, peu de joueurs ont ne fut-ce qu’entendu le nom du jeu. Même la gamme Nouvelle façon de jouer! sur Wii ne lui donne pas de seconde chance, alors que c’est pourtant le cas au Japon.

En 2007, Chibi-Robo! Park Patrol voit le jour sur Nintendo DS, mais ne sort pas en Europe. Le titre s’inspire de son prédécesseur, à la différence près que l’action se déroule presqu’exclusivement en extérieur.

Deux ans plus tard, Okaeri! Chibi-Robo! Happy Richie Ōsōji! débarque lui aussi sur Nintendo DS, mais cette fois, même les États Unis n’y ont pas droit. Le titre reçoit pourtant de bonnes critiques, et s’écoule à 130.000 unités.

Il faut attendre 2014 pour assister au retour de la série en Europe, qui s’offre d’ailleurs un nouveau logo, histoire peut-être de mieux parler au public. Seulement voilà, le titre n’a rien à voir avec le concept initial de la saga puisque Let’s Go, Photo!, comme son nom l’indique, invite les joueurs à prendre des photos de leur environnement pour dénicher des objets spécifiques, demandés dans le jeu. Ce titre uniquement disponible sur Nintendo eShop, est l’un des rares à faire usage de la réalité augmentée de la Nintendo 3DS, mais ne parvient pas à faire mouche et sombre lui aussi dans l’oubli.

Et nous voici aujourd’hui, à quelques jours de l’arrivée du tout dernier volet de la saga, intitulé Zip Lash. Une fois de plus, le concept original n’est pas repris, et le titre se rangera plutôt dans la catégorie des jeux plateformes, avec quelques particularités comme la prise du robot qui lui permet d’accéder à certains endroits inaccessibles autrement.

Récemment, Kensuke Tanabe, le producteur actuel de la série, déclarait que cet épisode était peut-être la dernière chance pour la série. Coup de bluff ou pas, cette déclaration pose en tout cas le décor. De mon côté, je trouve cela pour le moins exagéré de tout miser sur ce que l’on peut finalement appeler un jeu dérivé, qui n’a d’ailleurs pas réussi à trouver son public au Japon. Pourquoi ne pas revenir aux premières amours de la série ?

Voilà pour ce tableau, un peu noir certes, de la série Chibi-Robo! et de son avenir incertain, la faut selon moi à de mauvais choix qui ont été faits dans le passé, mais aussi aujourd’hui avec la nouvelle direction donnée à la série.

À noter pour tous les fans du petit robot : un amiibo Chibi-Robo sera également lancé en pack avec le jeu ou séparément. J’ai bien entendu craquer et j’espère par là envoyer à Nintendo un signal leur montrant que oui, leur franchise a de l’avenir !