Le Nintendo eShop est décidément une mine d’or qui renferme quelques pépites insoupçonnées, proposant des concepts ou une approche du jeu vidéo à mille lieues des habituels blockbusters que l’on connait. C’est notamment le cas de Teslagrad, sur lequel nous allons nous attarder aujourd’hui.

Dès l’écran titre passé, Teslagrad commence sur les chapeaux de roue, sans réelle introduction, et surtout sans dialogue. Une groupe d’hommes particulièrement agressifs déboule de nulle part et tente de chasser les habitants d’une maison. Heureusement, un enfant parvient à s’échapper par l’arrière de la bâtisse et doit maintenant échapper à ses poursuiveurs dans les rues de la ville, en plein orage. Vous ne savez rien de l’époque, du lieu ou des gens dont l’histoire est racontée ici, même si toute une série d’éléments vous mettront sur la piste. Mais les explications complètes, vous ne les aurez que bien plus tard dans le jeu.

Vous voilà donc aux commandes du jeune garçon qui, à part sauter, ne peut pour l’instant pas faire grand-chose. Mais pas pour très longtemps, car sa fuite l’emmène dans un étrange bâtiment, dans lequel il acquerra plusieurs dons très particuliers, et surtout indispensables pour survivre et évoluer dans son environnement. À commencer par le pouvoir de magnétiser certains objets. Deux polarités existent, les rouges et les bleues, sachant que chaque couleur attire l’autre et que deux couleurs identiques se repoussent. Et vous voilà paré à affronter toute une panoplie de puzzles et autres énigmes démoniaques basés sur ce concept de magnétisme. Faites flotter des blocs dans les airs pour atteindre une plateforme inaccessible, éloignez deux blocs l’un de l’autre pour dégager un passage, magnétisez votre propre corps pour vous envoler vers les hauteurs, etc. Les idées originales ne manquent pas, et d’autres habiletés seront introduites progressivement, vous ouvrant de nouvelles voies. Chaque mouvement s’effectue en outre aisément, avec une gâchette attribuée à chaque polarité, un bouton pour le saut, et un autre pour le déplacement ultrarapide.

Avouons-le, le jeu est (très) difficile et parfois un brin frustrant, mais l’envie d’en savoir plus et de découvrir de nouveaux environnements est souvent la plus forte. Le personnage principal ne possède pas de barre de vie et meurt instantanément dès qu’il est touché. Autant dire que les boss s’avèreront plus que coriaces, d’autant plus qu’il faudra à chaque fois découvrir la bonne stratégie pour en venir à bout. Les jeunes joueurs risquent de jeter l’éponge rapidement, mais les joueurs aguerris persévèreront, comme il y a vingt ans, pour finalement y arriver !

Au niveau de l’ambiance, Teslagrad fait également très fort, avec des graphismes dessinés à la main mais aussi une animation aux petits ognons et d’une fluidité exemplaires. On plonge réellement dans l’univers si particulier de se petit garçon et on se surprend à scruter chaque élément des arrière-plans si détaillés du titre. Au niveau de la bande-son, c’est du tout bon également, avec des mélodies aux tonalités très mélancoliques, rappelant un peu celles de la saga Professeur Layton, qui collent parfaitement à l’univers. En outre, vous tomberez à plusieurs moments de l’aventure sur plusieurs saynètes, qui vous conteront l’histoire de la ville de Teslagrad par bribes, à l’aide de petites marionnettes. Celles-ci sont totalement optionnelles, mais il serait dommage de passer à côté car elles sont un excellent moyen d’en apprendre plus sur les raisons de votre présence ici, et sur le mystérieux complot qui semble se tramer.

Il n’y a pas grand-chose à redire quant aux qualités de Teslagrad. Si tout le monde n’en verra pas le bout – la difficulté du jeu en découragera plus d’un -, les plus persévérants découvriront avec plaisir un titre bourré de charme et de personnalité, et doté d’une histoire prenante qui ne se dévoile pas facilement. Il propose en outre un concept original qui sert un challenge pour le moins corsé. Tout ce que l’on recherche dans un jeu indépendant finalement.

Logiciel fourni par Rain Games pour les besoins de ce test. 

Publicités