Si vous avez lu mes premières impressions sur Super Mario 3D World, à l’occasion de l’E3 2013, vous savez que je n’ai pas été totalement convaincu par les niveaux proposés dans cette démo. Il faut dire que depuis le chef-d’œuvre qu’est Super Mario Galaxy, les jeux de la licence se sont succédés sans jamais surprendre les fans de la première heure. Cette fois, c’est le grand retour du plombier moustachu dans un jeu en 3D, pour la première fois sur Wii U. Autant dire que l’attente est élevée. Verdict après quelques heures passées sur la version complète du titre.

Qui dit Wii U dit forcément HD, une option pas forcément indispensable pour un jeu au design cartoon tel que Mario, et pourtant ici, elle ne se contente pas de rendre l’action plus lisible, les contours plus fins, l’action plus fluide et les couleurs plus éclatantes. Elle sublime également les arrière-plans, bien plus travaillés qu’à l’accoutumée, mais aussi tous ces petits effets de lumières, ces reflets sur l’eau ou ces gouttes d’eau incroyablement réalistes qui viennent s’écraser sur l’écran dans des niveaux pluvieux. Si l’on n’échappe pas aux traditionnels stages dans le désert, la neige ou la jungle, Nintendo semble enfin avoir entendu les fans qui réclamaient un peu de nouveautés et nous sert donc cette fois toute une série d’environnements inédits et agréables à parcourir, comme la fête foraine nocturne, ou l’exploration d’une épave. Même l’increvable bateau volant de Bowser a fait peau neuve et laisse sa place à de nouvelles scènes d’action réussies, comme une course-poursuite bien pensée avec un train de marchandises. Un level design innovant, cela fait bien longtemps que l’on n’a pas pu en admirer dans un Mario !

Et quoi de neuf au niveau du gameplay ? Car c’est tout de même ce point qui intéresse particulièrement les joueurs. La première, mise en avant sur la jaquette du jeu, c’est la possibilité de jouer jusqu’à quatre en même temps. Une option déjà proposée dans les récents Mario 2D mais qui fait sa première apparition dans un épisode 3D. Pour l’occasion c’est le casting complet de Super Mario Bros. 2 qui est jouable. Joli clin d’œil que les nostalgiques apprécieront. Chacun dispose bien évidemment de ses aptitudes propres. Si Mario est le plus équilibré de la bande, Luigi saute plus haut, Peach flotte dans les airs et Toad court plus vite. Il se dit même qu’un personnage caché est également à débloquer…

Vient ensuite la transformation en chat, qui permet à nos protagonistes de griffer les ennemis, bondir sur les murs et escalader ceux-ci avec l’aisance d’un matou. Déstabilisant au début, on se fait rapidement au maniement de Mario Chat. La double cerise fait également son apparition et permet à notre héros de se dédoubler, autant de fois qu’il s’empare d’une nouvelle double cerise. Combien de Mario verrez-vous à l’écran en même temps ? Si les transformations classiques sont aussi de la partie – on apprécie notamment le retour du Champi géant -, les objets jouent également un rôle plus important qu’avant. Montez à bord d’un patin à glace géant, enfilez un masque de Goomba ou incarnez une boite à canons. Les bonnes idées ne manquent pas.

Toujours à propos du level-design, vous êtes maintenant libre de vous déplacer où bon vous semble sur la carte du monde. Il vous faudra naturellement terminer chaque stage pour progresser mais rien ne vous empêche d’aller jeter un œil plus loin sur la carte, d’autant plus que les stages bonus et autres surprises sont nombreuses.  En outre, de nouveaux stages intitulés « Capitaine Toad » viendront divertir les joueurs avides de casse-tête lors de leurs aventures. Présentés sous la forme de cubes, Toad doit parcourir ceux-ci à la recherche des étoiles d’argent… sauf qu’il ne peut pas sauter. À vous de lui indiquer la bonne direction dans le temps imparti. Fortement inspirés de Mario and Donkey Kong: Minis on the Move, ces niveaux sous forme d’énigmes sont une vraie bouffée d’air frais entre deux niveaux.

Quant à la maniabilité, pas de souci à se faire, c’est du Nintendo comme on l’aime, à savoir une prise en main simple mais pas simpliste. À noter que les personnages peuvent désormais sprinter si vous maintenez le bouton de course enfoncé plus de cinq secondes. Les charges au sol et autres sauts en longueur sont toujours de la partie. Selon votre préférence, vous pourrez vous munir d’une télécommande Wii, du GamePad, ou d’une manette classique. À propos du GamePad, vous pourrez continuer votre partie sans avoir besoin du téléviseur si vous jouez seul – cela devient une habitude – mais également vous servir de l’écran de la manette pour interagir avec l’environnement. Touchez les arbres pour glaner quelques pièces, retenez certains ennemis ou détruisez des blocs. Rien de bien transcendant, il faut l’avouer.

Au niveau de la durée de vie, le nombre de niveaux semble conséquent et surtout la rejouabilité semble élevée, avec pas mal de bonus bien cachés à dénicher, à commencer par les étoiles vertes qui viennent remplacer les traditionnelles pièces dorées des précédents épisodes, mais également les tampons que vous pourrez utiliser sur la communauté Miiverse pour dessiner et envoyer vos créations aux autres joueurs. Dans l’ensemble, le niveau de difficulté est loin d’être insurmontable, mais le titre vous imposera tout de même quelques petits moments crispants comme les vieux de la vieille les aiment. Que les néophytes se rassurent, le costume tanouki blanc (invincibilité) apparaît toujours en cas de morts multiples.

Un dernier mot sur la bande son ? Un mélange habile entre thèmes classiques remixés et nouveaux morceaux bien sentis… sans oublier la performance de Charles Martinet qui s’est une fois encore fait plaisir pour offrir à Mario et Luigi quelques onomatopées hilarantes.

Quel soulagement ! Super Mario 3D World vient effacer les mauvaises impressions laissées par ses récents prédécesseurs qui n’avaient pas réussi à nous surprendre. C’est tout le contraire ici, car les nouveautés sont bel et bien au rendez-vous et en nombre s’il vous plait. Nouveaux pouvoirs intéressants, stages aux mécanismes bien pensés, thèmes inédits, le tout servi par une réalisation impeccable et une maniabilité aux petits ognons. Les missions secondaires (étoiles vertes, missions du capitaine Toad, …) et le mode multijoueurs rendent le titre encore plus convivial et accessible. On n’atteindra évidemment pas l’excellence ni l’originalité d’un Super Mario Galaxy, mais Super Mario 3D World doit être apprécié pour ce qu’il est avant tout : le Mario nouvelle génération qui fait le lien entre deux générations de joueurs.