Neuf ans. C’est le nombre d’années qu’ont dû patienter les fans de Pikmin depuis le dernier épisode paru sur Nintendo GameCube. Alors forcément, autant dire que les attentes étaient élevées par rapport à ce troisième épisode. De son côté, devant les ventes faiblardes de sa nouvelle console de salon, Nintendo se devait de ne pas décevoir les joueurs. Mission accomplie ? Voyons cela ensemble.

Les producteurs l’ont crié haut et fort, Pikmin 3 ne doit pas être considéré comme une véritable suite aux deux précédents volets, mais comme une version ultime reprenant l’essence même du concept si particulier de Pikmin. Et pour cause, nous découvrons trois nouveaux explorateurs n’ayant aucun lien, a priori, avec le capitaine Olimar, protagoniste du premier opus. Leur mission ? Venir en aide à la population de leur planète, Koppai, en proie à la famine, en ramenant un maximum de fruits qu’ils ont repérés sur une lointaine planète. Et à trois capitaines, les possibilités sont encore plus nombreuses.

La première chose qui frappe lors de l’atterrissage sur la planète inconnue, ce sont les graphismes. Car si l’on ne s’attendait pas à une claque graphique lors du passage de Mario en HD, un jeu comme Pikmin 3 qui mise sur les environnements photoréalistes ne pouvait pas nous décevoir de ce côté. C’est tout le contraire qui se produit tant les décors grouillent de détails : les feuilles mouillées semblent réelles, les fruits ramassés appétissants et l’ondine et les reflets de l’eau sont criants de réalisme. Il faut le voir pour le croire ! Autre plus pour l’immersion : les environnements changent en fonction de la météo. Ainsi, une zone peut être ensoleillée un jour et pluvieuse le suivant. Raison de plus pour y refaire un tour !

Votre but, vous l’aurez compris, est donc d’explorer cette planète pour le moins hostile, pour y dénicher un maximum de victuailles. Pour vois aider dans vos recherches, vois pourrez compter sur l’aide d’étranges petites créatures étonnamment dociles qui vous suivront partout et exécuteront vos ordres. Demandez-leur de construire un pont pour traverser la rivière, de détruire une clôture, de ramener des objets à votre vaisseau, et même de combattre les féroces prédateurs peuplant ces lieux. On retrouve au fil du jeu trois espèces connues de Pikmin – les rouges, insensibles au feu et plus puissants ; les jaunes, insensibles à l’électricité et plus léger; et les bleus, amphibies -, mais aussi deux nouvelles espèces intéressantes. Les Pikmin roc tout d’abord sont très solides et peuvent percer plus facilement les défenses ennemies, mais aussi et surtout briser le verre pour libérer des trésors qui en seraient prisonniers. Les Pikmin ailés sont quant à eux capables de se déplacer dans les airs. Plus faibles, leur spécialité est le combat aérien, et ils peuvent franchir les étendues d’eau sans crainte. L’apparition de chaque espèce se fait de façon très progressive, vous laissant le temps de vous habituer aux caractéristiques de chacune, et vous obligeant à revisiter certaines zones inaccessibles sans certaines unités.

Pour contrôler tout ce beau monde, vous avez l’embarras du choix, les commandes les plus naturelles et les mieux pensées étant sans aucun doute le combo télécommande Wii et Nunchuk. Pointez un endroit sur l’écran, envoyez-y vos unités avec A, rappelez-les avec B, sélectionnez une couleur particulière avec C, etc. On maitrise les commandes après quelques minutes de jeu seulement. Dans cette configuration, le GamePad se transforme en outil de communication pour les explorateurs et c’est donc sur ce dernier que vous recevez des appels, visionnez des informations sur les objets ramenés au vaisseau, et surtout… que vois consultez la carte de la zone. Vous pouvez à tout moment mettre le jeu en pause pour explorer librement votre environnement et mettre sur pied votre plan d’action indispensable pour ne pas gaspiller le précieux temps qui vous est imparti. Car les explorateurs aussi doivent manger, et si les réserves venaient à manquer, ce serait la fin pour eux.

Pour autant, le challenge que propose le titre est loin d’être insurmontable, et sauf accident, vous ne serez jamais à court d’unités. Même les boss, de taille impressionnante, ne vous mettront jamais en difficulté, pour peu que vous analysiez bien leur comportement et identifiiez leur point faible rapidement. Malgré cette difficulté revue légèrement à la baisse, l’aventure vous réserve de très longues heures d’exploration remplies de surprises, mais aussi de clins d’œil réservés aux fans de la saga. Et tout n’est pas terminé une fois votre périple bouclé. Un mode mission et un mode bingo battle (décrits plus en détails ici) sont également proposés et jouables à deux simultanément. Pour peu que les deux adversaires soient à peu près du même niveau, ces défis peuvent se révéler véritablement jouissifs !

Miyamoto a visiblement chouchouté son bébé et nous offre sans doute là le tout premier hit de la Wii U – mieux vaut tard que jamais. Doté de graphismes sublimes, de nouvelles espèces intéressantes et de zones bien pensées se dévoilant au fil de vos découvertes, Pikmin 3 propose un challenge long et passionnant, sans être aussi exigeant que ses aînés. Un immanquable pour les fans de jeux de stratégies ou d’OVNI vidéoludiques !