Dans ce nouvel article, découvrez ma critique complète de Mario Party 9 sur Wii.

Entre la série Mario Party et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais comme dans chaque histoire, il y a bien sûr des bons moments, à l’instar des premiers épisodes GameCube, et de cruelles désillusions, avec le dernier épisode en date, le huitième. Mais comme il vaut parfois la peine de repartir sur de nouvelles bases pour raviver la flamme, c’est une nouvelle équipe de développement, Nd Cube, qui a pris en charge ce neuvième épisode et a décidé de revoir la formule initiale de zéro. Pour le meilleur ou pour le pire ? Réponse juste ici !

Si l’on nous avait habitué à un épisode par an, on sent d’entrée de jeu que la pause de cinq ans, entre Mario Party 8 en 2007 et aujourd’hui, a fait le plus grand bien au titre. On n’achète pas un party game pour ses graphismes, mais force est de constater qu’un travail important a été réalisé de ce côté pour ne pas repomper une énième fois les animations un peu figées des cinq opus précédents. Cette fois, les personnages disposent de bien plus de mimiques qu’auparavant et les animations sont beaucoup plus soignées. De même, les décors et environnements sont plutôt agréables à découvrir.

Mais bien plus que les graphismes, ce sont les règles qui ont changé. Plutôt que de vous balader librement sur le plateau et d’amasser un maximum de pièces pour acheter des étoiles comme précédemment, le chemin à parcourir vous sera imposé et vous vous déplacerez du point de départ jusqu’à l’arrivée sans jamais pouvoir revenir sur vos pas. Autre changement de taille : tous les joueurs se déplacent maintenant en même temps, grâce à un véhicule propre à chaque plateau. À tour de rôle, l’un des joueurs devient capitaine. Il lance le dé et les évènements qu’il déclenche selon la case sur laquelle s’arrête le véhicule n’ont d’effet que sur lui. Et c’est ici qu’un aspect stratégique inédit fait son apparition, puisque vous devrez en permanence être attentif aux prochaines cases et vous arranger pour y atterrir, ou au contraire, les éviter. Pour vous y aider, de nombreux dés spéciaux sont mis à votre disposition tout au long du parcours. Ainsi, si des étoiles sombres (vous retirant des étoiles) sont à deux cases de vous, utilisez un dé 0-1 (avec des faces numérotées de 0 à 1 uniquement) pour les éviter, et par la même occasion, forcer le joueur suivant à les traverser !

Le but du jeu n’est donc plus de récolter un maximum de pièces grâce aux mini-jeux, mais d’amasser le plus de petites étoiles possible, tout simplement. Vous pourrez en gagner suivant votre classement aux mini-jeux, bien sûr, mais il y en a également un grand nombre éparpillé sur le plateau, et il suffit au capitaine de les traverser pour les collecter. Les étoiles sombres vous retirent quant à elles un certain nombre de petites étoiles en votre possession.

C’est sûr, tout cela chamboulera probablement les habitudes des aficionados de la série, mais ce changement devenait nécessaire. Les parties sont plus intéressantes et les joueurs moins passifs, puisqu’il faut rester attentif à chaque déplacement du véhicule. Selon le plateau de jeu sélectionné, les parties durent de 40 à plus de 60 minutes, mais le fait d’avancer constamment au lieu de tourner en rond empêche de s’ennuyer trop vite. De même, à l’approche de la case finale, l’intensité monte d’un cran car les cases Bowser se font plus nombreuses, et le classement peut bouger du tout au tout si l’infâme Koopa se décide à retirer la moitié de ses petites étoiles au capitaine. Rien n’est jamais acquis dans Mario Party !

Dernière nouveauté, des boss font maintenant leur apparition à deux endroits de chaque plateau : à mi-parcours et en fin de parcours. Ici aussi, la stratégie est de mise, puisque vous devrez travailler en équipe pour les vaincre, sans perdre de vue que pour gagner le plus de petites étoiles, il faudra aussi avoir infligé plus de coups que vos adversaires, et si possible le coup final !

Pour le reste, le coeur de Mario Party – les mini-jeux – est toujours là. Il y en a 80 cette fois, et aussi étonnant que cela puisse paraitre il font plus appel aux boutons qu’aux mouvements de la télécommande, ce qui n’est finalement pas si mal. Evidemment, il y a toujours des mini-jeux un peu frustrants qui misent tout sur la chance, mais globalement la qualité est au rendez-vous, et les épreuves bien plus plaisantes et variées que celles de l’épisode 8.

Si le mode multijoueurs est donc une franche réussite, on ne peut pas faire de miracles, et le mode solo reste hélas toujours d’un ennui mortel. Bon point néanmoins, les mini-jeux sont tous accessibles dès le début, et pas mal de bonus sont déblocables grâce aux points accumulés en jouant.

Très bonne surprise que ce Mario Party 9 ! Après un huitième épisode raté, 5 ans de repos ont fait le plus grand bien à la license qui revient avec une nouvelle formule plus moderne, et encore plus conviviale. Le design est excellent pour le genre, les mini-jeux toujours aussi amusants et variés, les plateaux nombreux (7) et variés, … Votre soirée sera une réussite à coup sûr si vous sortez ce titre ! On ne regrettera finalement que le fait que le mode solo n’ait toujours que peu d’intérêt, et on espère surtout que la série continuera à se réinventer de la sorte à l’avenir.