Dans ce nouvel article, découvrez mon verdict à propos de Pokémon Version Blanche sur Nintendo DS.

Repartir d’une page blanche, tel était le but des développeurs de Game Freak avec le duo des versions Noire et Blanche de Pokémon. Et force est de constater que d’énormes efforts ont été faits pour donner un souffle nouveau à la série, sans pour autant renier son passé. Entre tradition et renouveau, ces nouveaux volets s’annoncent aussi un peu plus noirs que d’habitude…

Si Pokémon Version Or et Pokémon Version Argent avaient déjà introduit un nombre record de nouveautés en leur temps (cycle jour/nuit, reproduction des bestioles, système des baies, …), les opus qui nous intéressent veulent aller encore plus loin. C’est tout d’abord une toute nouvelle région qui vous attend, sans doute la plus grande que vous aurez jamais visitée et la première tenant compte des changements de saisons, un mode de combat revu et corrigé visuellement pour un résultat plus dynamique, sans compter des joutes opposant désormais trois créatures à trois autres, et enfin, comment ne pas évoquer le mode en ligne tout simplement inépuisable, regorgeant de fonctionnalités pour échanger, rencontrer, et combattre avec le monde entier comme jamais auparavant.

Toutes ces fonctionnalités ne se dévoileront bien sûr pas à vous dès la partie entamée, et il y a fort à parier qu’un petit goût de déjà vu vienne tout de même s’inviter lors des toutes premières heures de jeu. Les fondamentaux ne changent pas : vous incarnez toujours un Dresseur rêvant de défier la Ligue Pokémon, et devant pour ce faire obtenir les huit badges de la région d’Unys, jalousement gardés par les fameux Champions d’Arènes. Si vous retrouverez donc vite vos marques en quittant votre village natal, de nouvelles têtes surgiront par contre des hautes herbes. 150 toutes nouvelles créatures vous attendent en effet tapies dans l’ombre, et cette fois, vous ne croiserez aucun ancien Pokémon avant d’avoir terminé le jeu. Une volonté des développeurs à mon sens fort appréciables, puisqu’en plus de jouer la carte de la nouveauté, cette astuce permet de mettre tout le monde sur un pied d’égalité, les néophytes comme les habitués, qui ne connaitront donc a priori pas le type et les capacités de ces nouveaux monstres. Et de manière tout à fait subjective, j’avoue avoir trouvé le design des créatures plus réussi que celui de la génération précédente. Une sorte de retour aux sources de la saga, avec des créatures de base plus proches d’animaux réels.

Pour en revenir au système de combat, il faut reconnaitre qu’un joli travail a été effectué de ce côté. Tout est désormais plus dynamique, avec des Pokémon toujours en mouvement, une caméra qui se déplace suivant les attaques utilisées et quelques détails supplémentaires affichés à l’écran (la météo ou la capacité spéciale de l’adversaire par exemple). On regrettera par contre que le Pokémon allié soit du coup fort pixelisé, un défaut qui nous renvoie aux toutes premières versions…

En dehors des combats, on remarquera également la mise à jour graphique, plus osée dans certaines villes que d’autres par contre. Chaque ville possède sa propre identité et architecture propre, notamment au niveau des arènes qui sont toutes parfaitement intégrées à l’ensemble et ont laissé tomber l’éternel toit jaune. Leurs mécanismes intérieurs vous réserveront d’ailleurs quelques surprises par rapport aux anciens volets. À noter également, la Boutique se trouve désormais à l’intérieur du Centre Pokémon. Pratique.

Globalement, on sent aussi que la série continue sa transition vers la 3D, avec certains passages entièrement pensés dans cette optique, et en particulier la ville de Volucité. Si l’effet n’est pas encore totalement maitrisé, il ouvre en tout cas une nouvelle voie pour la saga et nous donne peut-être un indice sur ce à quoi ressembleront les prochains volets.

Comme d’habitude, la durée de vie est toujours le point fort de Pokémon, et vous aurez fort à faire dans cette immense région où les combats de Pokémon semblent être le passe-temps favori des habitants. Chaque ville propose en outre plusieurs bâtiments ou échoppes spécifiques proposant des activités variées, parfois disponibles uniquement certains jours de la semaine. Les filles n’ont pas été oubliées avec de tous nouveaux concours de beauté Pokémon… Comme si cela ne suffisait pas, les développeurs ont tenu à booster le mode en ligne comme jamais, en allant même jusqu’à créer un site web lié à votre partie, le Pokémon Global Link. Vous pouvez y envoyer l’un de vos compagnons et qui sait, peut-être reviendra-t-il avec des objets rares ou mieux… un nouvel ami ! Des dizaines de statistiques sont également consultables sur ce portail web, de quoi ravir les stratèges en herbe. Les échanges de Pokémon et les combats en ligne n’ont d’ailleurs jamais été aussi simple puisque vous pouvez désormais défier n’importe qui dans le monde sans recourir aux codes-amis. Vous en aurez néanmoins besoin si toutefois vous tenez à utiliser les nouvelles fonctionnalités de chat vidéo réservées aux possesseurs de Nintendo DSi. Paradoxalement, la pléthore de fonctionnalités nous ferait presque nous perdre dans l’ensemble !

Un point sur le scénario avant de conclure, qui, s’il n’a toujours pas la profondeur d’un vrai jeu de rôles, s’est vu accorder un poil plus d’importance que dans le passé. Plus de grands méchants qui veulent conquérir le monde, mais une nouvelle team qui poussera tous les Dresseurs à se poser une question : « La liberté des Pokémon n’a-t-elle pas été volée par leurs Dresseurs ? ». La réflexion autour de cette question centrale évoluera au fil du scénario et de vos rencontres avec un mystérieux personnage, N, aux choix ambigus.

VERDICT : 9/10 — Finalement, il n’y a pas grand chose à redire de ces versions qui ont décidément tout pour plaire. Alors si ce n’est finalement pas à une véritable révolution que nous assistons avec ces volets, on ne peut nier que c’est sans doute l’évolution la plus marquante depuis le début de cette longue saga. On le répète à chaque nouvelle édition, mais voici à nouveau les volets les plus complets jamais sortis à ce jour… jusqu’à la prochaine fois ? Ils tracent en tout cas une bien belle voie pour l’avenir de la saga qui se poursuivra sans aucun doute dans la troisième dimension.