Bienvenue dans ce nouveau numéro de « Une heure avec… », cette fois dédié à Professeur Layton et le destin perdu sur Nintendo DS.

La période précédant Noël est désormais devenue le rendez-vous de tous les fans de casse-tête désirant mettre leurs neurones à l’épreuve. Depuis 2008, c’est en effet le moment que choisit le professeur Layton pour nous emmener avec lui dans sa dernière aventure. Jamais deux sans trois, alors après L’étrange village et La boîte de Pandore, voici Le destin perdu. La formule fait-elle toujours mouche ?

Après deux épisodes exceptionnels, c’est avec excitation que j’ai inséré la carte de jeu de ce troisième opus dans ma console ! L’écran-titre apparait et… première déception : la musique est la même que celle de l’écran-titre de La boîte de Pandore. Un détail ? Pas pour le fan qui a suivi les bandes-annonces régulièrement publiées par Nintendo, et qui elles, nous proposaient un nouveau thème principal tout simplement superbe… La scène cinématique qui suit a heureusement tôt fait de nous faire oublier ce petit détail. Nous voilà à nouveau emporté par ce graphisme et cette animation parfaits. Le doublage français, c’est assez rare pour le souligner, est aussi réussi que dans La boîte Pandore.

L’histoire démarre pour le moins rapidement cette fois, puisque l’on retrouve Hershel Layton et son apprenti le jeune Luke dans le bus, en route vers une horlogerie. Nos deux compères ont en effet reçu une bien étrange missive, signée de la main de Luke lui-même… mais écrite dix ans plus tard ! Ce dernier demande l’aide urgente du professeur, car le Londres du futur semble être plongé dans le chaos, en proie à une étrange menace. Cette affaire aurait-elle un rapport avec la mystérieuse disparition du Premier Ministre dans un prototype de machine à remonter le temps? Qui se cache derrière tout cela ? Quelles sont ses intentions ? Autant de questions auxquelles vous devrez répondre au fil de votre enquête qui vous mènera plus loin que vous auriez pu l’imaginer !

La recette n’a pas changé – une chance, elle était déjà parfaitement adaptée au jeu ! Vous vous déplacez toujours sur une carte, à la recherche d’indices ou de témoignages pour avancer dans votre enquête. Ceux-ci ne tombent malheureusement pas du ciel et il faudra bien souvent aider les personnes que vous rencontrerez à résoudre une énigme pour qu’ils veuillent bien vous lâcher une information. Ces énigmes sont d’ailleurs remarquablement intégrées au scénario, ce qui n’a pas toujours été le cas dans L’étrange village. Autre bon point : on ne tombe que très rarement sur des énigmes recyclées des précédents opus. Une prouesse en soi, quand on sait que 300 énigmes ont déjà été proposées les années précédentes, et que pas moins de 165 nous attendent cette fois. Quelques améliorations bienvenues ont également été apportées çà et là dans la résolution des casse-tête. On profite ainsi désormais d’une fonction Notes améliorée, permettant de choisir la taille de la pointe du crayon, ainsi que sa couleur, ou encore d’effacer une partie de nos notes seulement. Enfin, en plus des trois indices traditionnels, on découvre « l’indice + », à échanger contre deux pièces S.O.S., et vous mettant sérieusement sur la voie lorsque vous bloquez sur un problème.

Pour le reste, la mécanique est toujours aussi bien huilée et les fans du professeur se retrouveront immédiatement en terrain connu. Ses détracteurs, par contre, ne doivent pas espérer renouer avec la série avec cet épisode, qui reste donc dans la droite lignée de ses prédécesseurs. Dernier conseil pour la route : il serait dommage de commencer par cet épisode sans avoir touché aux précédents. Les clins d’oeil aux titres précédents sont en effet nombreux (Mamie Mystère, Stachenscarfen, le retour de Flora, …).

VERDICT : 9/10 — Le voyage du professeur Layton se termine donc en apogée avec Le destin perdu, qui réunit tous les éléments qui ont su faire apprécier la série aux joueurs. Les scènes cinématiques, la musique envoûtante, les énigmes intelligentes et le scénario palpitant élèvent définitivement la série au rang d’indispensable de la console. Vivement l’arrivée de la deuxième trilogie !