Bienvenue dans ce nouveau numéro de « Une heure avec… », cette fois dédié à Mario & Luigi: Voyage au centre de Bowser sur Nintendo DS.

Après un premier épisode sur GBA que j’avais trouvé vraiment original à l’époque, puis un second sur DS, peut-être un ton en-dessous mais toujours aussi drôle, c’est en tout logique que je me suis attardé sur le troisième de la série.

Que dire au terme de cette première heure ? Eh bien c’est toujours aussi drôle. La rouliboulite, une maladie improbable, frappe les Toad du Royaume Champignon, les faisant gonfler comme un ballon ! Une réunion de crise est organisée au château de la princesse Peach. Et les vannes commencent à fuser, entre les Toad qui se fichent éperdument de la présence de Luigi à leur réunion, ou la sieste que ce dernier entame en plein milieu du très sérieux discours de Papy Champi… et qui la continue même quand Bowser fait irruption pour tout casser ! Bref, vous l’aurez compris, on est tout de suite plongé dans l’ambiance délirante du titre.
 
Il faut bien le dire, le début du jeu est un peu long, tout comme le didacticiel, qui nous rappelle les bases des déplacements et du combat. La grosse nouveauté du titre nous est alors dévoilée : c’est l’apparition de Bowser en tant que personnage jouable. Pas de gros changement cependant, si ce n’est que le lourdaud utilise deux mouvements spéciaux : le coup de poing, pour briser des rochers, et son souffle de feu pour brûler des arbres qui gêneraient le passage par exemple.
Après ces cinq minutes d’acclimatation au monstre, l’intrigue reprend et tout va très vite. Après s’être vu offert un champignon soi-disant chanceux, le roi des Koopa devient un véritable aspirateur sur pattes et aspire tout, y compris Mario, la princesse, et… Luigi qui finit tout de même par se réveiller. On reprend alors le contrôle de Mario dans les entrailles de Bowser, on retrouve Luigi et l’on se retrouve face à un niveau de plates-formes pour tenter de retrouver la princesse dans ce labyrinthe très particulier…
 
VERDICT : 4/5 — Au terme de cette première heure, je ressors plutôt confiant pour la suite. L’humour est intact, c’est le principal, les animations ont gagné en finesse et les voix des plombiers sont toujours aussi drôles. Seul défaut pour l’instant, les didacticiels – bien que nécessaires – sont trop nombreux et surtout trop lents, ce qui casse un peu le rythme. Les interactions entre Mario et Luigi et leur « hôte » ont l’air intéressante cependant, et pourraient donner lieu à quelques surprises que je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir lors de cette première heure. On y retourne ?